Skip to Content
facebook facebook twitter twitter facebook facebook twitter twitter

Clés de la Réussite Entrepreneuriale

English  |  Español  |  Français  |  Arabic

EN  |  SP  |  FR

Étapes du cycle de vie d'une entreprise

Que vous soyez nouvellement chef d’entreprise ou que vous soyez à la tête d’une petite entreprise depuis des années, il est judicieux de vous familiariser avec les cinq cycles d’évolution d’une entreprise : démarrage, croissance, maturité, transition et succession. Ceci s’applique aux petits magasins de détail comme aux entreprises en ligne, car chaque type d’entreprise peut passer par plusieurs voire toutes ces étapes.

Étapes du cycle de vie d'une entreprise

Pourquoi voulez-vous créer votre propre entreprise ? Peut-être avez-vous besoin de revenus supplémentaires ou votre occupation actuelle ne vous satisfait pas et vous souhaitez travailler à votre compte. Que ce soit par nécessité ou par désir, vous devez prendre en compte vos compétences, votre expertise et le niveau de risque que vous êtes prêt à prendre avant de vous lancer dans une nouvelle aventure. Ceci concerne également les personnes qui peuvent se trouver dans l’obligation de reprendre une entreprise familiale.

Selon l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE), la propagation croissante du coronavirus dans les pays, a forcé les gouvernements à mettre en place des mesures sans précédent pour contenir l’épidémie. Ceci affectera sans doute la pérennité des petites entreprises à l’échelle mondiale.

Comme on peut s’y attendre, après le défi des premières années, les entreprises dégagent souvent plus de profit, et le taux de survie augmente. Ces statistiques s’appliquent à différentes industries, y compris la production, le commerce de détail, les services alimentaires, l’hôtellerie et la construction.

En tant que chef d’entreprise potentiel, renseignez-vous sur ce qui vous attend. Peu importe le cycle de votre entreprise, sachez qu’il est important de vous pencher sur la performance de votre entreprise, et faites tout ce qui est en votre pouvoir pour rester compétitif et réussir. Chaque étape présente de nouveaux défis que les chefs d’entreprise doivent relever afin de protéger leur entreprise, et de nouvelles opportunités de croissance et d’amélioration.

Phase de Démarrage

Avant de créer une entreprise, vous devez évaluer avec réalisme la somme d’argent nécessaire pour vous lancer et la faire fonctionner. Les coûts inhérents à une entreprise qui démarre, peuvent comprendre : l’inventaire, les locaux, l’équipement, les futures taxes à payer et les salaires des employés. Être passionné par quelque chose - être propriétaire d’un restaurant, d’un salon de beauté, d’une entreprise de service technique ou de construction - ne suffit pas pour réussir. Le temps que demande la création d’une entreprise dépend souvent du type d’activité et de l’emplacement. S’il s’agit d’une seule personne et qu’aucun emprunt ne s’avère nécessaire, un mois ou deux peuvent être suffisants pour créer une entreprise. S’il s’agit d’une entreprise de plus grande envergure, qui compte des collaborateurs et demande un financement au démarrage, le lancement de l’entreprise peut prendre jusqu’à une année.

Au cours de l’étape initiale, il est important de se renseigner sur le marché et la concurrence en place, rédiger un business plan et obtenir un financement.

Les nouveaux chefs d’entreprise devront comprendre les étapes essentielles à suivre pour lancer leur nouvelle entreprise.

  • Se renseigner sur le marché et la concurrence. Identifiez qui seront vos principaux concurrents et à quoi ressemble votre client idéal. Vous pouvez obtenir ces informations en menant des interviews par téléphone ou en personne, en effectuant des sondages en ligne ou en animant des groupes de discussion avec des clients potentiels pour obtenir leurs commentaires. Envisagez de leur demander pourquoi ils achètent un produit ou service spécifique, ce qu’ils apprécient ou n’aiment pas au sujet des produits concurrents et à quel prix ils seraient prêts à acheter le produit que votre entreprise pense proposer.
  • Définir ce que vous allez vendre. Que vous prévoyiez d’offrir un produit, un service ou les deux, focalisez-vous sur ce que vous allez offrir et en quoi vous vous démarquerez de la concurrence. Même si vos produits et services sont identiques à ceux de vos concurrents, vous pouvez vous démarquer par votre emplacement, par le service client ou l’expérience offerte au client.
  • Rédiger un business plan. Un business plan est une feuille de route pour votre future entreprise et présente vos objectifs à un, trois et cinq ans. Si vous devez faire appel à des investisseurs extérieurs pour vous prêter de l’argent afin de créer votre entreprise, ils voudront consulter votre business plan et votre bilan financier avant d’investir
  • Établir des objectifs financiers. Spécifiez exactement les montants que vous prévoyez d’investir, emprunter, dépenser et gagner au cours des premières années de votre activité. Certaines entreprises ne dégagent aucun profit au cours des premières années alors qu’elles bâtissent leur réputation et fidélisent leur clientèle. Vous aurez besoin de savoir comment couvrir vos dépenses au cours de cette période.
  • Envisager un partenariat. Si vous ne disposez pas des fonds ou de l’expérience nécessaires pour créer votre propre entreprise, envisagez de trouver un partenaire qui présente des compétences complémentaires aux vôtres ou de l’argent à investir. Un partenariat pourrait se concrétiser au fil du temps et couvrir vos coûts de démarrage grâce au financement apporté par votre partenaire. Une autre possibilité serait d’être embauché par le propriétaire d’une entreprise qui souhaite, à terme, la vendre et vous offrir l’opportunité de la racheter progressivement. Au lieu d’exiger une somme d’argent pour la vente, le propriétaire pourrait vous offrir une part de l’entreprise en échange de votre collaboration pendant un certain nombre d’années. Ceci peut représenter une bonne solution pour un chef d’entreprise vieillissant qui souhaite transmettre son entreprise et assurer l’avenir de ses employés ainsi que sa propre retraite.
  • Obtenir un financement. Que ce soit en empruntant une petite somme ou en faisant appel à des campagnes de financement participatif, il existe de nombreuses façons de [recueillir des fonds] pour créer votre entreprise.
  • Créer votre entreprise. Officialisez votre activité en choisissant un nom pour votre entreprise et en créant votre entité commerciale. Vous pourriez avoir à enregistrer votre entreprise, obtenir un numéro fiscal, demander des permis ou des licences, déposer des marques, des droits d’auteur ou des brevets. Vous pouvez également ouvrir un compte bancaire pour gérer l’argent de l’entreprise.
  • Embaucher des collaborateurs. Si vous recrutez des employés, assurez-vous de suivre la réglementation du travail en vigueur, au niveau national et au niveau régional, et renseignez-vous sur la gestion du personnel. Le site du ministère du travail de votre pays peut s’avérer être une bonne source d’informations sur la législation du travail.
  • Développer votre clientèle. Une fois votre entreprise lancée, développez votre clientèle. Pour ce faire, vous pouvez offrir un excellent service à votre clientèle, des offres spéciales et des offres incitatives aux nouveaux clients. Une campagne promotionnelle peut être bénéfique, il peut s’agir d’offrir des coupons ou des offres attractives telle que « deux pour un ».
  • Promouvoir votre produit ou service. Il est également important de promouvoir votre nouvelle entreprise et la faire connaître, comme par exemple en créant un site internet, en étant présent sur les réseaux sociaux, en communiquant lors d’événements dans votre communauté ou au sein de votre industrie. Si vous en avez les moyens, envisagez de mettre en place une campagne publicitaire. Vous pouvez le faire en ligne, grâce à des journaux locaux et partout où vous pensez être vu par vos clients.
  • Surveiller la trésorerie. Surveillez les flux d’argent entrants et sortants (i.e. la trésorerie) est essentiel pour gérer une entreprise. Certains chefs d’entreprises peuvent se retrouver à court de liquidité dû à des dépenses imprévues, et en difficulté pour payer leurs fournisseurs et collaborateurs.

Phase de Croissance

Si votre entreprise a passé des étapes importantes au cours de sa phase de démarrage et atteint ses objectifs de ventes, elle peut commencer à explorer des opportunités de croissance. Une fois que votre entreprise a développé une base de clientèle et commence à être connue pour un produit ou un service, vous pouvez vous concentrer sur les moyens de développer vos ventes et vos opérations.

Au cours d’une période de croissance, votre entreprise peut commencer à gagner plus d’argent, équilibrer ses finances, dégager du profit et accroître sa profitabilité.

Si votre produit ou service a du succès, il peut être temps d’attirer davantage d’investisseurs pour pouvoir développer votre activité. Vous pourriez investir dans de l’équipement, embaucher plus de collaborateurs ou développer vos produits ou services phares. Il peut aussi être temps d’arrêter ou d’améliorer les produits et services qui ont peu de succès.

Au cours de la phase de démarrage, la plupart des tensions inhérentes à l’exploitation d’une entreprise ont probablement pesé sur vos épaules, en tant que chef d’entreprise. Si votre activité se développe, vous devriez être en mesure d’embaucher et de former des collaborateurs pour vous aider dans l’exploitation quotidienne de l’entreprise. Grâce à la mise en place d’une équipe, vous aurez davantage de temps pour vous consacrer à la promotion de l’entreprise et à sa gestion globale.

C’est peut être aussi le moment d’investir davantage d’argent dans votre fonds de secours, qui vous aidera à financer les imprévus ou à pouvoir investir dans des opportunités qui se présenteraient.

Phase de Maturité

Après plusieurs années d’activité, votre entreprise pourrait atteindre une phase de maturité alors qu’elle devient plus stable et dégage du profit. Il s’agit de la troisième phase dans le cycle de vie d’une entreprise.

Au démarrage de votre entreprise, votre salaire a pu se trouver tronqué. À présent, en tant que chef d’entreprise, vous êtes probablement en mesure de vous verser un salaire régulier.

À maturité, les entreprises doivent avoir établi une forte notoriété de leurs marques et une base solide et croissante de clients, ce qui leur permet d’élargir leurs lignes de produits au sein de marchés nouveaux ou existants.

À ce point, vous pouvez compter sur vos collaborateurs pour la gestion quotidienne des opérations alors que vous vous consacrez aux objectifs à long-terme.

Phase de Transition

La phase de transition correspond à une période au cours de laquelle l’entreprise fait face à des changements. La transition peut s’avérer positive ou négative, selon différents facteurs :

  • Un déclin des ventes
  • Des conditions de marché qui évoluent et ont un impact sur l’entreprise
  • Une modification des préférences de la clientèle
  • Une opportunité de croissance rapide
  • Un événement personnel

Pour certaines entreprises, le fait qu’un concurrent s’installe à proximité ou la baisse d’intérêt des clients pour un produit ou un service, peut aboutir à une chute des ventes. Lorsque vous faites face à une telle situation, vous devez réfléchir à la façon de retenir et continuer à attirer vos clients.

La phase de transition peut aussi se manifester comme une période de forte croissance. Une fois la notoriété de votre entreprise bien établie, des opportunités de partenariat avec de plus grands groupes ou entreprises, peuvent se présenter. Avant d’accepter une commande conséquente de la part d’une entreprise plus importante ou d’une chaîne de distribution nationale, assurez-vous d’être en mesure d’honorer cette commande en plus de celles déjà existantes. Lorsqu’une petite entreprise décroche une grosse commande, il peut s’agir d’une opportunité pour se développer et accroître sa notoriété. En revanche, si vous n’êtes pas en mesure d’honorer cette commande, votre réputation et donc votre entreprise pourraient en souffrir.

Vous pourriez avoir besoin de fonds supplémentaires à investir dans votre outil de production et votre force de vente, mais cela pourrait prendre des mois avant de récolter les fruits de vos ventes. La gestion de ces importants flux de monnaie entrants et sortants peut être un défi, que vous devrez relever pour survivre à une période de croissance rapide.

Tout en gardant en tête vos objectifs à long-terme, élaborez des tactiques pour vous aider à réagir en période de transition. Ces tactiques prendront en compte vos forces et faiblesses, de même que les menaces extérieures ou opportunités qui peuvent se présenter, et face auxquelles vous serez alors en mesure d’identifier des solutions. Chacune de ses solutions peut vous aider à atteindre vos objectifs long-terme.

Phase de succession

La phase finale du cycle de vie d’une entreprise intervient lorsque le propriétaire décide d’arrêter, de vendre ou de passer son activité à un successeur.

Les raisons pour lesquelles un chef d’entreprise souhaite se retirer peuvent être multiples : vouloir tenter une nouvelle aventure, subir le déclin de son activité, faire face à des problèmes personnels ou des problèmes de santé. L’entreprise peut également être florissante et vous pensez pouvoir en tirer un bon prix et prendre votre retraite.

En ce qui concerne les chefs de petites entreprises, le successeur est souvent un membre de la famille, un ami ou un collaborateur qui souhaite prendre la suite et gérer l’entreprise. Toutefois, vous pourriez aussi vouloir vendre votre entreprise à quelqu’un que vous ne connaissez pas.

En outre, vous avez la possibilité de vendre l’intégralité de votre entreprise, ou bien d’en garder partiellement la propriété et en tirer votre part de profit sous forme de revenu, même si vous n’êtes plus impliqué dans la gestion quotidienne. Il arrive que certains chefs d’entreprise restent présents et participent à la formation de leur successeur au cours de la phase de transition.

Le processus de vente dépend du type d’entreprise et de son emplacement, mais il inclut couramment les étapes suivantes :

  1. Valoriser l’entreprise. Évaluez la valeur de l’entreprise sur la base de ses actifs et de son chiffre d’affaire. La valeur d’une petite entreprise peut représenter plusieurs fois son chiffre d’affaire annuel, mais tout dépend des particularités de la situation. Si vous n’avez pas le savoir-faire, faites appel à un professionnel qui a de l’expérience en matière de valorisation d’entreprises similaires à la vôtre. Si vous le faites vous-même, examinez les étapes du processus que vous aurez à suivre.
  2. Préparer vos documents financiers. Les acheteurs potentiels demanderont un examen des états financiers de l’entreprise, bilans financiers et déclarations de revenus, afin d’évaluer la santé financière de l’entreprise et connaître l’historique de son chiffre d’affaire. Assurez-vous d’avoir ces documents disponibles et à jour.
  3. Identifier des acheteurs potentiels. Vous pouvez mettre votre entreprise en vente en ligne ou au sein de publications locales. Vous pouvez également faire appel à un courtier d’affaires, qui saura adéquatement mettre en relation vendeurs et acheteurs potentiels, et auquel vous verserez une portion du prix de vente.
  4. S’intéresser au financement. Nombre d’acheteurs devront faire un emprunt pour acheter votre entreprise. Il se peut aussi que vous deviez prêter de l’argent à l’acheteur en lui permettant de d’échelonner ses paiements dans le temps et en vous payant des intérêts en plus. Accorder un crédit-vendeur peut avoir son importance, pour témoigner à l’acheteur et aux créanciers à quel point vous croyez en l’avenir de l’entreprise.
  5. Négocier les termes et conditions de la vente. Comme dans toutes transactions, attendez-vous à ce que l’acheteur négocie le prix, ainsi que les termes et conditions de la vente. Vous pouvez faire appel à un professionnel spécialisé dans la vente de petites entreprises, y compris un comptable et un avocat, qui se pencheront sur les éléments de la vente avant l’accord final.
  6. Faire affaire. Une fois l’accord conclu, vous officialiserez la vente en signant les documents légaux, qui confèrent à l’acheteur contrôle et propriété de l’entreprise. La compréhension de ces contrats peut s’avérer difficile, c’est pourquoi faire appel à un avocat peut être judicieux.

Si vous vous étiez dans l’incapacité de trouver un acheteur ou de vendre à un prix suffisamment élevé, vous pourriez transmettre gratuitement votre entreprise à un membre de votre famille, à un ami ou à un collaborateur. Vous pourriez encore en conserver la propriété partielle et en tirer des revenus.

Si votre entreprise est en déclin et vous anticipez qu’elle ne survivra pas longtemps, vous pourriez la fermer plutôt que de la vendre ou la transmettre.

Fermer une entreprise peut s’avérer être une procédure aisée, à condition qu’elle ne soit pas lourdement endettée. Vous pouvez vendre ses actifs, mettre un terme à ses contrats et avoir à remplir des formulaires auprès d’instances gouvernementales ou régionales, afin de dissoudre l’entité commerciale de l’entreprise (si vous en aviez créée une). Sans dissolution officielle, vous pourriez continuer à payer des taxes.

Si vous n’êtes pas en mesure de rembourser les dettes de l’entreprise, discutez avec vos créanciers afin d’obtenir un étalement des paiements dans le temps ou un montant réduit de remboursements. Le dépôt de bilan peut aussi constituer une alternative, selon l’endettement de l’entreprise, sa situation financière et votre situation financière personnelle.

Partager

Exonération de responsabilité : aucun conseil juridique
Ce site fournit des informations d’ordre général aux fins de la création et de l’exploitation d’une entreprise. Les informations contenues dans ce site le sont à titre informatif uniquement et n’ont pas vocation à donner un conseil ou une opinion juridique. Les informations contenues dans ce site ne peuvent en aucun cas et dans aucune circonstance être lues, comprises ou considérées comme des conseils juridiques ou fiscaux. Il convient de ne prendre aucune décision en se basant sur les informations contenues dans ce site, et la responsabilité de Visa Inc. ne pourra en aucun cas être engagée en ce qui concerne toute action ou décision prise en raison des informations contenues dans le site, sous réserve de toute obligation légale de Visa Inc. Il convient que vous contactiez un avocat afin d’obtenir les conseils nécessaires pour répondre à vos problématiques juridiques ou fiscales propres, en ce compris toute procédure relative à votre entreprise existante ou potentielle.